NEET

Le projet NEET, portant sur les jeunes de 16 à 30 ans qui sont hors du marché du travail et en dehors de tout système de formation concerne une population cible de la politique publique, tant au niveau national qu’européen.

NEET_480

Il existe une mesure officielle de cette population par l’intermédiaire de l’indicateur NEET (Not in Employment, Education or Training). Le taux de NEETs est le rapport entre le nombre de 16-24 ans n’étant ni en emploi, ni à l’école, ni en formation sur la classe d’âge 16-24 ans. Des réflexions entreprises  à la fin des années 80 en Grande-Bretagne avaient proposé ce concept de NEET, jugeant que le taux de chômage des jeunes n’était pas suffisant pour appréhender la précarité et la vulnérabilité des jeunes sur le marché du travail. Depuis 2010, l’UE a introduit ce nouvel indicateur dans la stratégie 2020  en faisant de la réduction du taux de NEET un objectif important.

Il est en effet primordial de soutenir ce groupe de jeunes de manière à leur redonner les moyens d’une insertion satisfaisante dans la société et sur le marché du travail. Le fait que ce projet soit cofinancé par le Fond Social Européen et qu’il soit soutenu par différents ministères confirme l’importance des études destinées à mieux connaître les NEET. C’est pourquoi le Service national de la jeunesse, dont la mission publique est de soutenir les jeunes en difficulté, souhaite disposer d’une meilleure connaissance de la population des jeunes en difficulté au Luxembourg, de manière à développer son action et à proposer des mesures mieux ciblées sur les caractéristiques de ces jeunes.

Pourtant, le SNJ, même s’il reconnait que la notion de NEET est utile, considère que cette dernière doit être approfondie pour pallier à un certain nombre de limites :

  • c’est un concept statique qui nécessite une dimension dynamique : on peut en effet supposer que ce n’est pas le statut de NEET à un moment donné qui est un problème mais la persistance plus ou moins longue dans le statut qui le devient ;
  • le concept est hétérogène et inclut des situations correspondant à des niveaux de vulnérabilité différents.

Or, actuellement, les seules informations existant sur les NEET reposent sur l’enquête « forces de travail » (EFT). Les informations fournies par cette enquête sur les NEET sont insuffisantes pour deux raisons :

  • dans la classe d’âge 16-30 ans, les effectifs sont réduits et interdisent une analyse approfondie des NEET ;
  • cette enquête ne permet pas d’analyser les trajectoires des NEET ; or du point de vue des politiques publiques, le problème n’est pas nécessairement d’être NEET à un moment donné mais de rester dans cette situation pendant une période plus ou moins longue.

Dans ce contexte, l’objectif est de constituer une base de données dynamique des NEET à partir des données administratives existant au Luxembourg. Une enquête menée auprès d’un échantillon représentatif des NEET viendra compléter cette approche administrative en enrichissant notre connaissance de la cible par des facteurs cognitifs et sociologiques. De plus, afin de comprendre les raisons pour lesquelles les NEET se trouvent dans cette situation, il est impératif de les comparer aux jeunes non NEET et d’enquêter auprès de ce groupe.

  • Mis à jour le 22-01-2015