Youth 4 Work II

Reidener_Y4W2-hdpiAider des jeunes à trouver un poste de travail est souvent basé sur l’hypothèse que les facteurs clés de la mise à l'emploi sont la motivation et la formation.
Les expériences de Youth4Work montrent une réalité beaucoup plus complexe.

L'offre et l’engagement de Youth4Work sont fondés sur le principe du volontariat des jeunes: la mobilisation des jeunes qui prennent contact avec la gérante du projet Youth4Work, Ariane Toepfer, se traduit dans les chiffres par un taux de participation de plus de 90% à la suite d’une première rencontre. Presque 100 jeunes ont profité de cette offre et sont sortis avec un contrat d’une durée d’un an ou plus.

Nous soutenons les jeunes ainsi que les jeunes adultes à retrouver un sens dans leur vie en trouvant une formation ou un emploi qui leur correspond. Tous ceux qui habitent ou qui ont fréquenté le lycée dans le Canton de Redange peuvent y recourir gratuitement.

L'objectif est d'utiliser les talents, les forces et les compétences des jeunes pour planifier avec eux les prochaines étapes de leur parcours et pour leur permettre ainsi une transition réussie vers leur future vie active.

De plus, le coaching individuel des jeunes vise à apporter une contribution essentielle à la stabilisation personnelle et sociale de la situation des jeunes de la région. Ce sont précisément les problèmes tels que les difficultés familiales, les comportements liés à la drogue, les dettes, les problèmes de logement, etc. qui compliquent l'accès à la qualification et à l'emploi.
Souvent, ce sont des problèmes temporaires qui engendrent une situation personnelle difficile. Parfois, il faut changer les structures environnantes ou chercher des solutions à ces problèmes, ou bien encore trouver une offre de mesures particulières et adaptées aux demandes et à la qualification des jeunes.
Dans certains cas, les jeunes ont aussi besoin de plus de temps pour combler leurs lacunes ou d'un soutien psychologique. La situation diffère pour chaque jeune concerné. En effet, le coaching individuel vise à apporter des solutions, mais cela demande du temps.

Ariane Toepfer de Youth4Work a parfois besoin de rencontrer un jeune trois fois, voire même 25 fois, avant de trouver une solution. Cependant, il s'agit toujours d'une des méthodes les plus efficaces pour soutenir à long terme, et pour observer que la transition entre école et vie active se dégrade et que les problèmes se diversifient de plus en plus. C'est pourquoi Ariane Toepfer prend en compte aussi bien les structures sociales que les possibilités d'actions individuelles, ce qui exclut comme stratégie, selon elle, une stricte orientation fondée sur les déficits scolaires ainsi qu'une simple intégration au marché de l'emploi.

Quelques chiffres pour montrer les différents défis à relever :

  • 30 % des jeunes ont peu de confiance en soi,
  • 1 sur 4 ne possède pas les compétences sociales élémentaires,
  • 1 sur 5 manque de connaissances linguistiques,
  • 20 % des jeunes sont endettés ou connaissent des difficultés financières,
  • 1 sur 10 constate qu'il ou elle a choisi la mauvaise orientation professionnelle,
  • 15 % d'entre eux n'ont pas de soutien familial,
  • et 8 % des jeunes ont connu des violences au sein de leurs familles de telle sorte qu'ils ont besoin d'aide psychologique, et plusieurs jeunes n'ont pas de domicile fixe.
  • Mis à jour le 22-01-2015